Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 octobre 2012 3 24 /10 /octobre /2012 17:16

La 2° partie de l'interview chez Charlie Rose, très interessante sur les idées politiques de Kiefer...et personnellement j'aime bien quand il compare Jack Bauer...aux profs

 

 


 

     Charlie Rose : avez vous sur 24 des consultants pour vous aider sur certains sujets ?

Kiefer : pas que je sache, peut-être que Jo (Surnow) Bob (Cochran) et Howard (Gordon) en parlent entre eux mais moi je ne sais pas. Il faut se souvenir que 24 a d’abord été créé sur l’idée du temps réel, donc il fallait trouver pourquoi les  personnages restent éveillés 24 heures, d’où l’idée de la CTU. La moitié de la saison 1 avait été tournée quand les évènements dramatiques du 11/09 sont arrivés et la série a pris alors une autre dimension, parce que désormais le terrorisme fait partie de nos vies. Nous n’avons jamais voulu suivre l’actualité, nous voulons seulement utiliser la situation pour accentuer les pensées et actions des personnages.

     CR : le succès d’une série vient de ses interprètes et auteurs mais surtout d’un personnage auquel le public puisse s’identifier, pourquoi  s’indentifie-t-on à Jack Bauer  ?

K : il paie le prix, il perd, il sauve le président, sa fille mais il perd sa femme, c’est un personnage très contrasté : il a d’énormes responsabilités, le monde entier sur ses épaules mais il ne peut pas contrôler son ado de fille. Je comprends ça : je sors du plateau où on m’a complimenté pour mon interprétation et j’arrive chez moi et je ne comprend rien à ma fille « qu’est ce qui ne va pas, expliques moi encore » les gens peuvent s’identifier, il n’est pas parfait, il n’est pas politiquement correct, il est comme tout le monde.

     CR : justement il y a ce problème de la torture

K : pour moi c’est mal, quelqu’un m’a explique à propos d’Abu Ghraib que si on veut combattre le terrorisme il faut agir comme ça. Je pense que c’est faux, il faut apprendre aux gens que la démocratie est le meilleur système. C’est mon opinion personnelle mais dans la série je comprends la réaction viscérale de JB, j’ai eu cette réaction après le 11/09, je voulais attraper le responsable, c’est naturel, mais il faut se poser et essayer de comprendre pourquoi tout cela est arrivé. JB lui régit à chaud et émotionnellement.

     CR : Y a-t-il une ambiguïté dans ce que fait Jack Bauer, comme le personnage du film Munich ?

Kiefer : tout à fait. Il réagit de façon violente, mais ma scène préférée dans toutes les saisons c’est quand il se met à pleurer dans sa voiture (saison 3). C’est la fin de sa journée, et il ressent le poids de ses responsabilités, de tout ce qu’il a dû faire et ça le gène. Les moyens qu’il doit employer pour obtenir des infos en peu de temps pour sauver des vies, ça le déchire.

C’est ce qui arrive aussi aux policiers dans les coins les plus durs, ils voient le pire de la nature humaine, après un moment ça ruine leur vie. Les profs dans certaines écoles aussi. Ils ont de grands espoirs mais ils finissent par être aigris ou en colère. Jack est comme ça et il lutte contre ça, il a un problème avec ce qu’il fait, c’est pour cela aussi que les gens l’aiment.  

     CR : parce qu’on sent ce débat interne ?

K : tout à fait

     CR : y a –t-il des éléments au cours des saisons qui vous aident à mieux jouer JB ?

K : Tout à fait, j’ai tellement aimé faire la saison 1 que je ne voulais pas perdre mon job ! d’un film à un autre on fait des choix différents, je joue JB puis un homme mourrant du sida, c’est très différent. Mais dans 24 on ne peut pas faire de grands changement parce que c’est le même personnage, il faut que je fasse 15, 20 petits choix pour montrer l’impact de la saison précédente. Ca m’a beaucoup appris. Et puis ce n’est ce qu’il dit qui compte, mais son énergie. Je fais toujours la même blague, un type normal dit « donnez moi un verre d’eau » Jack « donnez moi un verre d’eau » (à toute vitesse) je dois croire à cette énergie pour que le public le croit aussi. je n’avais jamais fait ça avant.

     CR : JB pourrait-il devenir un héros de film comme James Bond ?

K : on en a parlé, j ‘aimerais bien le faire

     CR c’est vous qui avait défini le personnage

K : vous croyez ? mais pour faire un film tout le monde doit être d’accord

     CR : vous avez dit que la saison 5 ressemblait à la 1° saison, pourquoi ?

K : la saison 1 c’était plus du thriller que de l’action, la saison 5 veut revenir à ça, mais c’est très dur pour les auteurs.

 

 

 

Repost 0
7 octobre 2012 7 07 /10 /octobre /2012 13:31

Thanks to Joshua for this article.

Pour voir l'article en grand télécharger le !
http://i679.photobucket.com/albums/vv159/aspasie79/KieferJack%202/8781482teleloisirs612octobre2.jpg

 

English translation:

 

Nothing new: the title is My life after Jack Bauer”


 He speaks of Touch, what he likes in his new series "The relationship between my character and his son Martin, and the fact that he’s different from Jack Bauer, while Martin too is running out of time"

He then speaks about what he does when he's not on set: "I ​​play music, especially in the evening to help me to sleep, I spend time with my youngest daughter Sarah and my second grandson"

About the 24 feature film (nothing news too !)

"Last year, we had a script we were very satisfied about, then we realized we had a very short timeframe left to put all together: to find the actors and the director we wanted. We had finally to postpone the shooting. For 6 years I've been saying this movie is going to happen, if it doesn't it won't be my fault" 

And what about love? 

"I date a musician, Marnie Herald, she’s awesome,"

Does he want another child? "No there is no plan for a little Kiefer, I raised two wonderful daughters, I have 2 grandsons, I'm delighted"

The article states that Kiefer is working on a movie project with his father Donald and that he speaks a little French "but not as well as my father"

Repost 0
29 juin 2012 5 29 /06 /juin /2012 17:20

Dans une longue interview Kiefer parle de sa vie après Jack Bauer, de sa famille et, plus rare, de ses relations difficiles avec son papa Donald Sutherland. (humm j'ai toujours pensé que ça ne devait pas être simple d'êrte le fils d'une star !)

 

«Lorsque nous avons fini 24h chrono il y a quelques années, j'ai décidé de faire le point sur ma vie," explique Sutherland. «Je suis un homme bien meilleur aujourd'hui à 45 que je n'ai jamais espèré l’être à 25. Je passe beaucoup plus de temps avec ma famille, ce que j'aurais dû faire il y a longtemps. Je n'ai pas toujours été un bon père, mais j’espère devenir le meilleur grand-père possible. "

 

MVAMadridQ: Votre vie et votre carrière a connu des hauts et des bas. Comment avez vous changé au fil des ans?
SUTHERLAND: ça prendrait beaucoup de temps de répondre correctement et d'une manière qui soit compréhensible. Ce que je peux dire, c'est que j'ai cessé de vivre dans l’excès, je suis devenu beaucoup plus responsable quand il s'agit de mes amis et la famille, et j’ai une vie beaucoup plus heureuse.

Q: Etes-vous toujours proche de votre sœur jumelle Rachel?
SUTHERLAND: Oui. Elle a toujours été là pour me soutenir même quand je n'étais pas agréable. Elle m'a aidé à traverser des moments très difficiles. Elle est beaucoup plus forte que moi et j'ai toujours pu compter sur elle, comme sur la gentillesse et l'amour de mes filles Sarah et Michelle. J'ai beaucoup de chance. C’est un thème récurrent dans ma vie : les femmes ont toujours joué le rôle le plus important. Dans mon enfance, c’est ma mère qui m'a élevé parce que mon père était souvent absent. Mon père et ma mère ont divorcé quand j'étais enfant et je n'ai pas vraiment connu mon père jusqu'à mon adolescence. Maintenant, j'ai une relation très, très proche avec lui..


Q: Comment êtes-vous devenu amis avec votre père?
SUTHERLAND: j'ai grandi et j’ai cessé d'être un emmerdeur ! adolescent, je pensais que je devais devenir un personnage de rebelle vulgaire pour prouver au monde que j'étais différent, quelqu'un qui savait que le monde était de la merde. Je n'ai même pas vu ses films jusqu'à ce que j’ai seize ou dix-sept ans - parce que j'étais en  colère contre lui ... Je le tourmentais donc sans raison valable et je suis simplement heureux qu'il ne m’en veuille pas! Ça a été un des grands moments de ma vie d'avoir fait la paix avec mon père et nous sommes de grands amis depuis maintenant 15 ans. Nous avons appris à rire de ce qui se passait entre nous, le genre de merde qui divise souvent les parents et leurs enfants. J'ai aussi appris à apprécier quel grand homme et quel brillant acteur il est.

Q: Vous avez grandi à Toronto. Qu’est ce qui rend les Canadiens différents?
SUTHERLAND: Eh bien, nous sommes généralement considérés comme polis et calmes par rapport aux Américains ou aux Français! (Rires) Je ne suis pas sûr que beaucoup de gens (c’était un rebelle notoire lors de ses débuts à Hollywood - NDLR) qui m’ont connu quand j'étais plus jeune me considerent comme un canadien typique, poli et calme. J'avais une tendance à être rebelle, j’ai eu du mal à m’en débarrasser. Mais je pense être poli. J'attends toujours que le feu rouge passe au vert! Je suis généralement à l'heure. Je tiens la porte aux dames..


Q: Quel est votre pire vice?
SUTHERLAND: (Rires) Je suis un maniaque de la propreté. Ma maison doit être parfaitement en ordre. Mais bien sûr je ne peux pas parler de mes vices réels, même si j'ai réussi à les dompter au fil du temps.

source: link

 

misc 14"When we wrapped 24 a few years ago, I decided to take stock of my life," Sutherland explains. "I'm a much better man today at 45 than I ever aspired to be at 25. I've been spending a lot more time with my family of late, something I should have done a long time ago. I wasn't always the best father, but I'm hoping to become the best grandfather possible."


Q: Your life and career has had its ups and downs. How would you say you've changed over the years?

SUTHERLAND: That question would take a very long time to answer properly and in a way that would be meaningful to people. What I can say is that I've stopped living excessively, I've become much more responsible when it comes to my friends and family, and I'm enjoying a much happier life.


Q: Are you still close to your twin sister Rachel?

SUTHERLAND: Yes. She's always been there to support me even when I wasn't that pleasant to be around at times. She's helped me through some very rough times. She's a lot stronger than I am and I've always been able to count on her just as I've been able to appreciate all the kindness and love my daughters Sarah and Michelle have given me. I've been very fortunate. It's been one of the consistent themes of my life that women have always played the biggest role. When I was growing up, it was really my mother who raised me because my father was generally absent. My father and mother divorced when I was a kid and I didn't really get to know him or see him that much until I was in my late teens. Now I have a very, very close relationship with my father.


Q: What did it take for you to become friends with your father?

SUTHERLAND: I grew up and stopped being a stubborn pain in the ass! As a teenager I thought I had to become this vulgar rebellious character as a way of proving to the world that I was someone different, someone who knew that the world was full of shit. I didn't even see his films until I was around sixteen or seventeen because I had this anger towards him ... So I would up tormenting my father for no good reason and I'm just glad that he never held it against me! It's been one of the grand redeeming moments of my life to have made peace with my father and we've been great friends for 15 years now. We've learned to laugh about all the crap that went on between us, the kind of crap that often divides parents and their children. I've also learned to appreciate what a great man my father is and what a brilliant actor he is.


Q: You grew up in Toronto. What makes Canadians different?

SUTHERLAND: (Laughs) Well, we're usually thought of as polite and calm compared to Americans or the French! (Laughs) I'm not sure though that many (he was a notorious rebel during his early days in Hollywood - ED) people who knew me when I was younger would think of me as a typically polite and calm Canadian. I had a huge rebellious streak that took a long time for me to get over. But I think I'm polite. I always wait for the red light to turn green! I'm usually on time. I hold doors open for women …


Q: What's your worst vice?

SUTHERLAND: (Laughs) I'm a neat freak. My house has to be perfectly in order. But of course I can't talk about my real vices even though I've managed to subdue them over time.

Repost 0
17 juin 2012 7 17 /06 /juin /2012 10:54

Une interview récente où le Kief parle de lui !

 

Vous avez eu une relation difficile avec votre père, Donald Sutherland, quand vous étiez plus jeune. Comment avez-vous arranger les choses?

J'ai grandi et j'ai cessé d'être un emmerdeur! Un des grands moments de ma vie a été quand j'ai fait la paix avec lui, et maintenant nous sommes de grands amis. Nous rions de ce qui s'est passé entre nous.

Mes amours: Les guitares. J'aime collectionner les guitares, même si je ne joue pas bien. Mes guitaristes préférés sont Richie Blackmore, Jimmy Paige, et John Mayer.

Propreté. Je suis un obsessionnel de la propreté. J'ai besoin de faire mon lit le matin et de le laisser parfaitement fait.

 

Les films d'horreur. Je saute toujours dans mon siège ou je perds mon souffle pendant un bon film d'horreur.

Couchers de soleil. Je me sens extraordinairement paisible lorsque je regarde le coucher du soleil.

Mes haines: Les miroirs. J'ai toujours eu cette angoisse étrange des miroirs. Je n'ai qu'un seul miroir dans ma maison, dans la salle de bain.

Les espaces fermés. J'ai été enterré vivant dans un cercueil pour une scène dans The Vanishing, et j'ai paniqué quand j'ai entendu les vis forés dans le bois qui fermaient le cercueil.

 

24RedemptionPremiere-97You had a difficult relationship with your father, Donald Sutherland, when you were younger. How did you work things out? I grew up and stopped being a stubborn pain in the neck! One of the grand redeeming moments of my life was when I made peace with him, and now we're great friends. We laugh about the stuff that has passed between us.

 My loves: Guitars. I love collecting guitars, even though I can't play well. My favourite guitarists are Richie Blackmore, Jimmy Paige, and John Mayer.

Tidiness. I am a bit obsessive about tidiness. I need to make my bed in the morning and leave it perfectly made up.

Horror films. I'm always jumping in my seat or gasping during a good horror movie.

Sunsets. I feel extraordinarily peaceful when I'm watching the sun set.

My hates:Mirrors. I've always had this strange anxiety about mirrors. I have only one mirror in my house, in the bathroom.

Enclosed spaces. I was buried alive in a coffin for a scene in The Vanishing, and I panicked when I heard screws being drilled into the wood.

 

source: link

 


Repost 0
2 juin 2012 6 02 /06 /juin /2012 19:38

 Article in English: link

 

Après votre incroyable expérience sur 24 heures chrono, vous êtes de retour à la télévision. Qu'est-ce qui vous a décidé ?

Je faisais une pièce à Broadway “That Championship Season,”, avec un énorme plaisir. J’avais fait un film ("Melancholia") avec Lars Von Trier en Suède et je me préparais à travailler avec Mira Nair sur “The Reluctant Fundamentalist” deux projets très différents. J’étais très content de la variété des projets qu’on me proposait.

 
149158 168565456510685 134290859938145 384793 1849575 n  

 

 

Puis Peter Chernin (producteur). Suzan Bymel (un autre producteur) m'ont envoyé le scénario de "Touch". J'ai demandé de quoi il s'agissait "Eh bien, c'est une série TV" J’ai dit : "Je ne pense pas être prêt ». Je veux revenir à la télévision, ce n’est pas un secret. J'ai adoré mon expérience, mais ce n'est que deux ans après "24" Je commençais à peine à entrer dans un autre rythme. Puis j'ai lu le script, et au tiers j’ai dit : "merde" parce que j'aimais vraiment. C'était la première fois que je lisais un script qui me plaisait vraiment, mais je pensais, ça ne va peut-être pas durer. Peut-être que la fin est mauvaise ou autre chose, mais ce n'est pas arrivé, ça m’a plu de plus en plus.
Au départ, c’est la dynamique entre père et fils qui m'a intéressé, le père d'un enfant spécial, qu’il ne peut pas toucher et qui ne parle pas. Il doit apprendre une nouvelle façon de communiquer. En tant que parent, j'ai trouvé cela bouleversant. Cela m’a touché très fortement. Quand on fait un choix, il doit entrer en résonance avec vous d'abord.
Si vous commencez à essayer de deviner ce que le public ou ce que les autres vont aimer vous pouvez vous retrouver dans un tas d'ennuis. Je choisis avec mes tripes. Donc j’ai dit oui et on l’a fait.

 

             Melancholia

Pour-son-nouveau-film-sur-la-fin-du-monde diaporama

   Et l’adaptation de 24h chrono au cinéma ?

Nous avons fait 100 épisodes de 24h chrono pendant  le temps qu'il nous a fallu pour obtenir enfin un scénario du film, ce qui est normal pour moi, quand on réalise un long métrage. C’est difficile. Ce qui a été vraiment difficile, c'est que nous avons fait à peu près 196 épisodes de 24. Nous avons couvert une quantité incroyable de sujets.
Donc, pour faire un long métrage aussi unique que nous le voulions, et maintenir en même temps une sorte de connexion à la série, c’était très difficile. Nous y sommes finalement parvenu l'an dernier : nous avions un script qui nous excitait vraiment. Puis tout d'un coup, nous avons réalisé que nous avions un délai très court pour tout organiser : obtenir les acteurs, un des réalisateurs que nous voulions, et passer de la pre-production à la production.

ep 24b-copie-1
   

 

Je voulais tellement faire ce film, que je poussais, poussais, poussais. J'ai réalisé que je nous mettais dans une position où nous ne pourrions probablement pas faire le meilleur film possible. J'ai donc dû finalement revenir en arrière et laisser tomber, nous n'allons pas le faire dans ce créneau...


Alors, quand est ce projet va-t-il se réaliser?

Ça fait six ans maintenant que je dis qu’il va se faire. Il le fera. Sinon, ce ne sera pas par manque d'effort de ma part.

 

Comment avez-vous passé votre temps entre "24", le film, la pièce et "Touch"?

Eh bien ... j’ai passé six mois sur la pièce, trois mois sur le film. J’ai mis un an pour m'adapter à ne pas travailler tous les jours.


Avez-vous joué de la musique pendant ce temps?
C'est la seule chose qui est constante. Je joue tard dans la nuit, pour me détendre. J'ai joué aux échecs dans les parcs à New York. J'ai voyagé un peu. J'ai passé beaucoup de temps avec ma fille cadette qui terminait ses études à la NYU. En plus, j'ai eu un deuxième petit-fils donc je me suis occupé de ma famille.


Une des choses les plus importantes dans Touch c’est  l'importance de la géographie. Pouvez-vous nous parler des voyages qui vous ont le plus marqués ?

 Le premier voyage, c’était avec un de mes amis, un chanteur-auteur-compositeur  Jude (Cole). Nous avions tous deux besoin d'une pause, nous avions travaillé très dur. Nous sommes allés à Hawaï. J'avais dans les 23 ans. C'était les premières vacances que je prenais. Nous voulions rencontrer des filles et passer un bon moment. Nous n'avions aucune idée que nous étions dans la capitale du mariage. Je me souviens que nous étions tous deux assis près de la piscine. Nous étions tellement blanc alors que tout le monde était bronzé. Nous avions l’air d’un couple gay qui était venu là pour  mourir.
J’ai dit: «Nous devons partir d'ici. Ça ne va pas » mais nous n’avons pas pu obtenir un vol pendant 2 jours. Nous avons trainé sur la plage. Vous connaissais ce film intitulé "Continental Divide", où John Belushi passe beaucoup de temps dans les montagnes pour écrire une histoire, quand  il revient c’est un autre homme. À la fin des deux semaines à Hawaï, je me suis senti comme ce gars-là.
http://i679.photobucket.com/albums/vv159/aspasie79/KieferJack%202/143846792.jpgJe suis ensuite allé en Irlande. Je n’avais pas plus de 27. C'était le premier voyage que je faisais tout seul. L'Irlande est un endroit magique. J'ai voyagé partout à travers le sud. J’ai compris que je pouvais prendre un sac à dos, aller où je ne connaissais personne et être bien. Ce fut un voyage très important pour moi.
Puis il y a eu ce voyage en République Tchèque pour le travail. Le pays venait de sortir de la domination de l'URSS. Il avait une joie à Prague que je n'avais jamais vu dans ma vie. Voyager est incroyablement important ...

 

Lorsque vous étiez jeune, vous avez vu votre père dans une scène d’amour torride dans "Ne regardez pas maintenant » qu’avez-vous ressenti?

J’étais très gêné. Je me souviens que, j'avais environ 13 ou 14, Julie Christie m’excitait, c'était gênant. Je voulais que quelqu'un d’autre ait fait ce film mais c’était mon père.
Mais je pense que c'est une des plus grandes scènes que j'ai vu dans ma vie. Je veux dire, Nicholas Roeg mélange la banalité de s'habiller, la banalité de cet aspect du mariage avec cette passion désespérée ... le désespoir de la perte d'un enfant dans un couple, c’est  l'un des plus beaux des morceaux de cinéma que j'ai vu. Mais je ne m’en suis aperçu qu’à 20 parce qu’avant, je ne pensais qu’à «Oh mon Dieu, c'est mon père »

http://i679.photobucket.com/albums/vv159/aspasie79/KieferJack%202/DonaldSutherlandKieferSutherland58thAnnualGqraUs4Xahsl.jpg


Pouvez-vous nous parler de votre film avec Mira Nair?
Ça s’appelle “The Reluctant Fundamentalist,”sur un jeune Pakistanais qui vient aux Etats-Unis avec une bourse à Princeton où il parvient à la tête de sa classe d’économie. Il est embauché par la plus prestigieuse société de fonds d’investissements de New York. Il devient directeur de cette société, et puis les terribles événements du 9/11 se produisent. Le profilage commence et Liev Schreiber qui joue un agent de la CIA l’interroge. Je joue l'homme qui l’engage dans la société de fonds.


 

 

Qui est la personne chanceuse avec qui vous partagez votre vie en ce moment?

Je n’aime pas beaucoup en parler, mais je sors avec  une fille nommée Marnie Herald, une musicienne. Elle est vraiment belle et gentille. Je n’en dirais pas plus.

 

http://www4.pictures.zimbio.com/fp/Kiefer+Sutherland+Kiefer+Sutherland+Girlfriend+1ItIIrru3RZl.jpg


Est-ce qu'il va y avoir des petits Kiefers ?
Je vais vous dire une chose. J'ai deux petits-fils, avec des garçons c’est «  asseyez-vous, arrêter de bouger » en vain. Je reste avec eux pendant une heure, ça mérite une médaille. J'ai besoin de faire une sieste. Donc, je pense que je n’ai plus l’âge de ça !

Repost 0
20 mai 2012 7 20 /05 /mai /2012 16:17

Interview donnée au "Gardian" un journal de gauche britannique où on voit l'impact politique qu'a eu 24h chrono mais aussi les convictions et l'intelligence de Kiefer...long, mais pour les fans de Kiefer c'est très interessant, et traduit par votre blog préféré!

 

Article in English: link

 

Assis dans le hall après l'interview, je vois un homme s'arrêter sur son chemin. « Merci » il me dit « ravi de vous avoir rencontré » Je me demande de quoi cet étranger parle. Puis je me rends compte qu’il s'agit de Kiefer Sutherland qui, dans la vie a l’air si banal, si différent d'une star de cinéma, qu'il est possible de ne pas le reconnaître même après avoir passé une heure avec lui.

Ce doit être dû à ses talents d'acteur, parce que le visage de l'agent spécial Jack Bauer est reconnaissable par des millions de fans de 24h chrono partout dans le monde. Comme James Bond ou Jason Bourne, Bauer est devenu moins un rôle qu'un phénomène mondial, sa popularité aussi inépuisable que sa capacité à sauver l'Amérique de complots terroristes de plus en plus audacieux. La série est diffusée sur 236 chaînes pour 100 millions de téléspectateurs à travers le monde. Sutherland a remporté une nomination aux Emmy pour chaque saison, et il est l'acteur de télévision le mieux payé au monde.

24 a été mis au point un an avant 9/11, mais la prescience troublante de ses intrigues a prédit la guerre contre le terrorisme. «par n’importe quel moyen» est la devise de Bauer - et sur 24 les moyens sont très violents, illégaux et impliquent souvent la torture. Que tant de fans soient amoureux d’un homme qui torture est troublant- mais pas aussi troublant que la question qui a empoisonné les créateurs  de 24 et Sutherland. Admire-t-on Bauer parce qu’il fourni une distraction, ou a-t-il un impact sur l'opinion publique et la stratégie militaire dans le monde réel?
24RedemptionPremiere-97
 «ce que fait Jack Bauer c’est dans le cadre d'une série TV» dit Sutherland, très lentement de sa voix granuleuse de gros fumeur. Il a l'air léger, un peu fatigué, mais son engagement est direct.«Je dois toujours rappeler aux gens que nous faisons une série TV. Nous utilisons certains procédés dramatiques. Et c'est bien. Et j'aime le côté dramatique! En tant qu'acteur, c’est génial, de pointer un pistolet sur le genou d'un gars et de dire, «parle» Oh, vous vous sentez tellement incroyable après cela!

« Mais je sais que ce n'est pas réel. L’autre acteur sait que ce n'est pas vrai. Et jusqu'à il y a un an, tout le monde savait que ce n'était pas vrai »

En 2007, on a appris qu'une délégation de West Point a visité le plateau de 24 pour dire aux producteurs que leur représentation de la torture affectait sérieusement la formation militaire. Les cadets aiment 24, a expliqué un général. Un ancien interrogateur de l'armée américaine leur a dit qu'il avait vu des soldats en Irak regarder les épisodes, puis tenter de faire pareil...des responsables militaires citent 24 comme une source d'inspiration « Bauer, a admis un agent, a donné aux gens un tas d'idées ».

 

Sutherland est un démocrate et il dit qu'il espère que les techniques d'interrogation de Bauer «seront un jour de la fiction au lieu d’être le miroir de ce qui se passe à travers le monde». L’authenticité, cependant, a toujours joué un rôle central dans 24. Juste une semaine avant que le président Obama annonce qu'il allait fermer Guantánamo, la dernière saison a débuté par le démantèlement de la CTU, et l'inculpation de Bauer pour torture. « Le monde change», sourit Sutherland, «et la saison 7 traite de cela : Jack Bauer est obsolète dans un monde qui change »

Mais la vie imite l'art, Quand je dis cela à Sutherland, le sourire disparaît et il semble ennuyé. « Tout d'abord, je vais juste vous dire d'emblée, le problème n'est pas 24. Tenter de corréler ce qui se passe dans une série TV à ce que font les militaires dans le monde réel, c'est ridicule"

Ne croit –il pas les rapports sur l'influence de 24? « je n'ai pas lu tous ces rapports. Mais si c’est qui se passe réellement, alors il y a un énorme problème dans l'armée américaine. Si l’éthique de l'armée, de sa formation, est influencée par une heure de télévision hebdomadaire c’est que nous avons vraiment un gros problème » sa voix devient lourde de mépris. « Si vous ne pouvez pas faire la différence entre la réalité et ce qui se passe dans une série TV, et qu’elle vous influence dans la façon de faire votre travail dans le monde réel, c'est un gros, gros problème »

Bien que producteur exécutif, Sutherland n'a pas assisté à la réunion avec la délégation de West Point, mais les généraux ont dit qu’ils lui avait parlé parler après, et qu'il avait admis que les conséquences imprévues de 24 l'inquiétaient. « ce sont des conneries», insiste Sutherland. « J'ai refusé de les rencontrer parce que c’était une grossière manipulation. Alors que le pays tout entier observe le comportement de l'armée américaine dans des endroits comme Abu Ghraib, j'ai trouvé que tout cela c’était pour faire diversion, et je n'allais pas être impliqué dans ça »

Si l'armée américaine utilise Bauer comme une excuse pour ses abus, l'indignation de Sutherland est compréhensible. Mais si, je lui demande, 24 a une l'influence prouvée, n’y aurait-il pas une obligation à modifier la représentation de la torture?

«Non» dit-il catégoriquement. «la Fox et Sky TV ne sont pas responsable de la formation de l'armée américaine. Ce n'est pas notre travail. Pour moi, c’est aussi absurde que de dire que The Sopranos et HBO soutiennent la mafia. Ou que, Sex and the City dit que «tout le monde doit coucher avec tout le monde ». Il semble de plus en plus exaspéré. «Je n'ai jamais vu quelqu'un - et je ne crois pas qu’un citoyen moyen aux États-Unis ou n'importe où ailleurs après avoir regardé 24 soit frappé par une envie irrépressible de torturer quelqu'un . C'est ridicule »

«Bon alors vous comprenez ce que je veux dire ?»

MvsALAX-037
En fait, je pense qu'il triche un peu. Sutherland est trop intelligent pour ne pas savoir que l'influence de la télévision est plus subtile. Le créateur de 24, Joel Surnow, qui se décrit comme un «fanatique de droite» a dit : «L'Amérique veut que la guerre contre le terrorisme soit menée par Jack Bauer. C’est un patriote. " Un producteurs de la Fox a dit candidement, «Il y a certainement une opinion politique dans 24, qui est que les mesures extrêmes sont parfois nécessaires pour le plus grand bien. Les idées politique de Joël imprègnent toute la série." Le message essentiel de 24 n'est pas juste que la torture peut être moralement justifiable, mais, plus important encore, qu’elle fonctionne. Et en l'absence,dans la culture populaire américaine, d'autres sources d'information plus précises, il n'est guère surprenant que le public de 24 le croit.

Sutherland invoque à plusieurs reprises l'expression «dans le contexte d'une série", et souligne, "il s'agit d'un drame", mais il y a des moments où il y a confusion entre réalité et TV. "Jack Bauer", affirme-t-il  "est pour moi un personnage apolitique." Vraiment? « Eh bien, pouvez-vous me dire si Jack Bauer est un démocrate ou un républicain? Je dirais qu'il est clairement un républicain. » «Absolument pas!" répond Sutherland vivement.." Pourquoi?  "Parce que je ne suis pas un républicain, et j'ai créé le personnage." Si Bauer est censé être un personnage de fiction, alors les opinions politiques personnelles de Sutherland sont hors sujet ! J'ai l'impression que Kiefer utilise pour défendre 24 la version intellectuelle de "par tous les moyens".

Mais quand il parle de son personnage avec une tendre affection, en citant même Tchekhov, je me demande si je n’ai pas oublié que Sutherland n'est pas un officiel du Pentagone, ou un politicien, mais un acteur. Il n'a rien à voir avec l'écriture de 24, et pour une star d'Hollywood sa patience face à ces accusations qu'il considère comme absurde, est remarquable. Il a des qualités inhabituelles d’humilité et sa loyauté est compréhensible. Car Sutherland doit presque tout ce qu'il a aujourd'hui à Jack Bauer.

Lorsque 24 a été diffusé en 2001, Sutherland était un nom oublié, dont la renommée s’était érodée depuis les années 80 dans les tabloïds et le choix de films nuls. Son mariage avec Julia Roberts, sa co-star dans L’expérience Interdite , a été annulée à la dernière minute en 1991 quand elle s'enfuit avec son meilleur ami. Sutherland a accumulé une série de flops, une réputation de séducteur, une faiblesse pour une vie agitée, et 140 points de suture dus à des rixes dans les bars. En 1994, il quitte Hollywood, pour vivre dans un ranch californien et participe à des rodéos.http://i679.photobucket.com/albums/vv159/aspasie79/139888lasso.jpg

"Avec tous les échecs que j’ai connus, je pense que ce qui m'a sauvé c’est le rodéo, parce j'ai réalisé que si je faisais encore quelque chose de mauvais- et on ne me proposait que des choses que je n’aimais pas - eh bien, si je devais continuer ça... " Il laisse la phrase tomber.

Sutherland aime à dire qu'il a vécu sa vie à reculons, et il y a une certaine vérité, dans sa jeunesse il a été précocement responsable. Il est né en 1966 à Londres, le fils de Donald Sutherland et de Shirley Douglas acteurs canadiens, mais ses parents ont divorcé quand il avait quatre ans et il a grandi à Toronto avec sa mère. A 15 ans il a quitté la maison pour jouer dans The Bay Boy, qui lui a valu une nomination pour l'équivalent canadien d'un Oscar, et il a fait Stand By Me, The Lost Boys et Young Guns à l'âge de 21 ans. A cette époque, il était déjà marié avec une fille, Sarah Jude, nommée d'après son ami Sarah Jessica Parker.

Le mariage ne dura pas, pas plus que son deuxième en 1996 avec un modèle canadien. En 2000, il quitte son ranch pour Hollywood tourner un pilote d’une nouvelle série dont il doute qu’elle marchera. "J'ai adoré 24, mais je ne pensais pas que quelqu'un d'autre aimerait »


Propulsé  par 24 dans la stratosphère d’Hollywood, je me demande si le plaisir aujourd'hui d’être traité comme une super star est accentué ou inhibé par sa traversée du désert. «Je dois dire," dit-t-il en souriant, «ça le renforce. Je ne suis pas sûr de savoir ce qu’est une super star, mais je vois la différence entre ce qu’on me propose maintenant et ce qu’on me proposait il ya 10 ans. " La mémoire des appels sans réponses? Il sourit doucement, en secouant la tête. "Non, je n’ai aucun ressentiment. Juste un soulagement absolu et un remerciement pour cette chance »


jb-2


Sutherland a réalisé plus d'une douzaine de films depuis le début 24, mais il faut dire que ses choix  ne se sont guère améliorés, un seul - Phone Booth - a retenu l'attention de la critique. Il vit seul à Los Angeles avec une collection de guitares vintage, travaillant 14 heures par jour sur 10 mois, et s’est calmé depuis une condamnation pour conduite en état d’ivresse qui lui a valu un séjour en prison. Il était déjà en probation pour une même condamnation antérieure et ne veut pas parler des 48 jours qu'il a passés en prison. Mais quand je lui demande s'il pense si le fait d’être acteur attire les conduites auto-destructrices ou les créé, il n'hésite pas à répondre.

"Je pense que ça attire certaines personnes, Richard Burton, Peter O'Toole, Richard Harris étaient des héros pour moi..acteurs extraordinaires, et personnages extraordinaires, ils repoussaient les limites de leurs propres vies. Ils étaient tout simplement géniaux, j'ai adoré leurs histoires. Mais il y a aussi un équilibre. Jimmy Stewart est l'un de mes acteurs préférés, Tom Hanks est un de mes acteurs préférés. »Il fait une pause pendant une seconde. Puis il ajoute, avec une désarmante honnêteté, "Mais je pense que Colin Farrell est drôle, vous voyez?"

Si la vie de Sutherland est plus calme, Bauer aussi est en train de changer. Bien que Sutherland ressente la controverse entourant son personnage, il semble heureux - peut-être même soulagé - de voir la dernière saison (la 7) y répondre.

"Jack Bauer est dans un moment de questionnement terrible à propos de toutes les choses qu'il a fait. Et le débat se poursuit sur les 24 épisodes, jusqu'à ce que Jack Bauer trouve une réponse pour lui-même: «Je suis le gars qui va employer tous les moyens pour sauver ces 45 personnes sur le bus, mais au fond, je sais aussi qu’il faut respecter les lois, que c’est plus importante que les 45 personnes sur le bus. Mais je ne peux pas le faire, je ne suis pas un gars à faire ça. " "Il est dans un terrible dilemme moral sur les choses qu'il a faites. Et je le trouve bouleversant. "

Je lui demande «A-t-il jamais pensé que ce que fait Bauer est bien ?» Sutherland me regarde, étonné
«Jamais !"dit- t-il. "Vous plaisantez? Non! Absolument pas, Mon Dieu non. Je suis très clair à ce sujet." Il rit. "Mon Dieu. non."

Repost 0
18 mai 2012 5 18 /05 /mai /2012 14:04

Bon, je n'aime pas Touch, mais l'interview est intéressante

 


 

Il y a une souffrance chez Martin, car il est incapable de communiquer avec son fils tout en voulant mener une vie normale avec lui. Mais quand il laisse tomber et se rend compte du monde dans lequel vit son fils, sa vie s’améliore. Je comprends ce mélange de frustration et d’espoirs de ce père

Pourquoi le 11/09 joue-t-il un rôle si important dans l’intrigue ?

Leur mariage (Martin et sa femme) a été brisé par ce destin terrible, mon fils Jake avait 1 an, donc du point de vue de l’histoire ça pose des questions, et je pense que le 11/09 offre une réponse d’une grande émotion, car il pensait que sa femme serait toujours là. Le 11/09 a bouleversé non seulement les US mais aussi le monde entier

Pensez qu’il est plus facile de parler du 11/09 aujourd’hui ?

Une des choses que j’admire le plus dans ce pays c’est que les gens parlent, et je suis toujours étonné de ce qui s’est passé à NY, la ville a changé, les gens se sont entraidés, Manhattan est devenu un quartier génial, les gens s’en sont sortis ensemble. Et à chaque fois qu’il y a une cérémonie ou un film, les gens se retrouvent et partagent leurs expériences de ce jour tragique.

Que faites vous en tant que producteur ?

Ce n’est pas très différent de 24h chrono où j‘étais aussi producteur. Il y a un turn over important d’acteurs, ils me posent des questions, et comme je travaille avec la même équipe depuis des années, je peux expliquer la façon dont on travaille, j’essaie d’aider ceux qui arrivent sur la série, de répondre à leurs questions sur le script. Mon expérience sur 24, m’a appris qu’il faut respecter ce que font les gens : les acteurs jouent, le réalisateur dirige, les auteurs écrivent. bien sur nous parlons, mais ce sont les auteurs qui ont le dernier mot sur me script et moi pour l’interprétation.

Est ce un défi de jouer un autre rôle que Jack Bauer ?

C’est excitant de jouer un personnage différent, mais j’avais oublier à quel point les 1° années de 24 étaient dures ! c’est très intime d’être invité dans le salon des gens, ils ont leurs horaires, veulent voir une chose et regarder autre chose ce n’est pas facile. La 1° année d’une série c’est toujours un défi, mais c’est excitant de jouer des personnages différents, c’est comme avoir une feuille de papier et une nouvelle boite de crayons
Repost 0
8 avril 2012 7 08 /04 /avril /2012 15:26

Kiefer répond à 3 questions:

 


 

 

Rachael : on est en période électorale, si vous étiez président, quelle serait votre 1° action ?

Kiefer : la 1° chose que je ferais ? humm c’est une question piège, on peut y revenir ?

 

R : si vous pouviez changer le futur ou le passé, que choisiriez-vous ?

K : le passé certainement parce que le futur c’est plus excitant, on se réveille et on ne sait pas ce qui va arriver. Mais dans le passé il y a des choses que j’aimerais arranger. J’étais très proche de mon grand père, c’est une des personne les plus impressionnantes que j’ai connues, j’aurais aimé passé plus de temps avec lui.

 

R : vous avez des talents cachés ?

K : pour me détendre je faisais du rodéo, du lasso en équipe, je suis allée en finale du championnat américain en 1994 et 96, je tournais du Texas à la Californie. J’ai commencé à travailler tout jeune, donc je ne suis pas allée à l’Université, j’avais des amis cow boys, une ferme dans le Montana puis au centre de la Californie, ça a été mon expérience universitaire, aller avec des cow boys de villes en villes pendant 6 mois, c’était super !

 

R : et vous avez gagné la grosse ceinture (récompense des rodéos) ?

K : oui lors de ma 1° victoire à Phœnix, Arizona, mais mes amis ont plaisanté que cette ceinture m’a couté cher entre les chevaux, le bétail, le voyage…

 

R : bon alors si vous étiez président ?

K : très sérieusement, je m’occuperais du système éducatif aux USA, parce que ce qui est bien dans ce pays, c’est l’égalité des chances, mais malheureusement on voit que certains enfants ont plus de chance que d’autres, nous devrions nous occuper de ça. Sinon je donnerais un jour de congé à tout le monde pour un barbecue national.

Repost 0
1 avril 2012 7 01 /04 /avril /2012 17:41

C’est un vieille interview, donnée à un magazine anglais, mais très sympa avec un Kiefer très naturel 

It’s an old interview, but very nice, with the English magazine "Shortlist", the link is no more valid so I put the English original interview below the French translation.

 

http://i679.photobucket.com/albums/vv159/aspasie79/Picture_1.jpgQui aimeriez-vous pour vous remplacer si Jack meurt ?
Personne..putain !!Je passerais en mode Jack Bauer et je ferais tout pour tuer ce connard. C'est mon job et les gens doivent savoir que quand je m’en irais, ça va ruer dans les brancards. Disons que, même si Jack venait à mourir, il y a beaucoup de grands acteurs qui pourraient jouer dans 24, mais cela ne signifie pas que je serais heureux de voir ça

 

C’est exigeant physiquement le rôle de Jack Bauer?
La série doit avoir cette énergie qui brûle comme un putain de rock dans un bar. Ce n'est pas un morceau de jazz lent. Donc, j’aime les combats. Je sais que si ça fait mal, ça être génial à regarder. Quand vous taper sur quelqu’un ou que votre personnage se fait battre, vous créez une énergie qui fait partie d'un spectacle tel que 24. Vous ne pouvez pas truquer les combats, ou 24 n’aura pas ce succès. Quand on se bat, on se bat. Quand ça a l’air de faire mal, je vous jure, putain ça fait mal !


Est-il vrai que certains épisodes de 24 a dû être réécrit pour tenir compte de certaines blessures?
Parfois  vous ne pouvez plus rien faire parce que vous êtes crevé. Je me suis fracturé la rotule en 3 endroits, cassé le pied et casser 2 côtes. Cela prend du temps pour guérir, donc vous filmer autre chose. J'ai perdu une grande partie de ce doigt. Regardez! (Il tend son doigt lacéré)

C'est un doigt méchant ça (je suppose qu’il a du faire un doigt d’honneur !)

Yup. Vous vous blessez toujours quand vous vous y attendais le moins. Exemple la fracture de ma rotule C’était stupide. Je venais de faire une extraordinaire scène de cascade. Quand nous avons terminé, j’étais crevé, je fais quelques gros plans et là je trébuche sur un câble, je tombe sur mon genou et je le casse. Pas cool.


Êtes-vous tenté de ne pas faire vos propres cascades?
Non, ça me plait. Quand j'ai perdu mon doigt, c'est en brisant la fenêtre d’une voiture, j’ai sorti mon arme, mais il y avait un morceau de verre qui a cisaillé mon doigt.. Nous n'avons jamais eu un
accident grave à cause d'une cascade ou d'un effet spécial, parce que nous avons les meilleurs cascadeurs. Je leur suis reconnaissant, ils vous donnent la confiance nécessaire pour faire des cascades.


Vous vous regarder à la télé et au cinéma?
Non je n'aime pas ça. Je dois parfois regarder pendant le montage et j'ai horreur de cela. Je n'ai jamais été à l'aise avec ça

 

Pourquoi vous n'aimez pas vous voir à l'écran?
Je ne suis pas sûr, mais je pense que cela remonte à Stand By Me (1986). Je me suis regardé dans ce film et ne me suis pas du tout aimé. J'avais une idée si forte de ce personnage dans ma tête, que lorsque je me suis vu sur l'écran, c’était horrible. Je voulais voir le gosse, et je voyais seulement moi ! J’étais très déçu, même quand les gens disaient que c'était une belle interprétation. Depuis, je suis distrait par ma propre image et je ne peux pas me concentrer sur ce que fais

 

vous êtes né au Royaume-Uni  qu’est ce que vous aimez faire quand vous revenez sur nos rivages?
J'aime faire du tourisme, mais quand personne d'autre ne peut gâcher mes photos, vers le milieu de la nuit, vers 4h du matin, je sors avec mon appareil photo. Je suis toujours excité lorsque l’avion atterri: je sais que je suis de retour en Grande-Bretagne et j’aime ça.

 

 

Pendant le tournage de la saison 4 Kiefer s'est écharpé le doigt !

http://i679.photobucket.com/albums/vv159/aspasie79/season4.jpg

Who would you like to see replace you should Jack die?

Nobody. F*ck. I’ll switch into Jack Bauer mode and do whatever I have to do to kill that b*stard. It's my job man, and people should know when I go, I’ll be going kicking and screaming. Let's say, even if Jack were to die, there are a lot of great actors that could do it, and be successful at it, but that doesn't  mean I’d be happy about it.


How physically demanding is playing Jack Bauer? 

The show has to have this energy where it burns like a big f*cking rock song from the first bar. It's not a slow jazz pièce. So I enjoy the fighting because I know it's ail about the cause and effect. I know if the fight is hurting me, it's going to look great. I mean, there is no denying that in the beating up of someone, or the beating of your character, you create the kind of energy that is absolutely integral to a show such as 24. You can't fake the fighting, or the show just wouldn't have that buzz about it. When we're punching, we're actually punching. When it looks like it hurts, I promise you this... it f*cking hurts.

 

Is it true that some episodes of 24 had to be rewritten to accommodate certain injuries?

There are times where you can't do the physical stuff because you're busted up. I fractured my kneecap in three places, broke my foot and snapped two ribs. That takes time to heal, so you film some other bits. I lost a huge part of this finger. Look! [He reaches out his mangled finger...]

 

That's one nasty finger... 

Yup. You always get hurt when you're least expecting it. The fracturing of my kneecap is the prime example. It was about as stupid an injury as you can get. We had just done this amazing stunt sequence, running through a scaffolding construction of a building. I jumped off the building and on to a moving truck, and then bounced down into a car moving in the other direction. We finished that, I was really pumped, I walked off go and do some close-ups and I tripped on a cable, smacked my knee on the ground and destroyed it. Not cool.


Are you ever tempted not to do your own stunts?

No, I love it. The piece where I lost my finger, I’d blown out some windows of a car, went to draw my weapon, caught a piece of glass and just sheared my whole finger in two. We've never had a major accident due to a stunt or special effect, and it's because the guys we're working with are the best in the world. I’m grateful for that, and it gives you the confidence to do bigger stunts.


Do you watch yourself on TV and at the cinema? 

No I don't. I have to sometimes watch it during the editing process and I even hate that. I have never been comfortable with it.


What don't you like about watching yourself on screen? 

I’m not sure, but I think this goes right back to the movie Stand By Me ail those years ago [1986]. I watched myself in that movie and didn't like myself at ail. I had such a strong vision of what that character looked like in my head, that when I saw myself running around on the screen it was just horrible. I wanted to see that kid I played, and I just saw me. I became very disappointed, even when people around me are saying it was a great performance. Ever since then, l've been distracted by my own image and I can't focus on what I was trying to do.


Finally, you were born in thé UK - what do you like to do when you come back to our shores? 

I like to do ail the tourist things, but I do them when nobody else is about to ruin my photos. Basically, in the middle of the night, about 4am, I go out with my camera. I still got excited when that plane landed and I knew I was back in Britain. I love it.

 

Repost 0
25 mars 2012 7 25 /03 /mars /2012 11:56

Article in English: link

 

Jolie interview...

 

Allongé dans un coin d'une chambre sombre d’un hôtel de Londres, cardigan noir, bottes éraflées et jeans délavés, Kiefer Sutherland ne semble pas préparé à conjurer une catastrophe nucléaire. Après une décennie de 24h chrono, Sutherland n'est plus Jack Bauer. «Je ne porte pas de montre, en fait ! » dit-il en riant, l’élocution rapide à laquelle nous sommes habitués a laissé la place au calme. Si 24 est finie(sauf pour une adaptation cinématographique, actuellement en suspend) les cuites aussi et les périodes d'emprisonnement qui en résultent. Le nouveau et calme Sutherland est assuré, concentré, et mieux que jamais: sa performances magnifique dans Melancholia de Lars Von Trier est suivie par Touch, un drame de Tim Kring .


http://i679.photobucket.com/albums/vv159/aspasie79/d7f78375.jpgTouch a un rythme très différent de 24. Après huit saisons, vous devez être épuisé de courir pour arrêter des bombes
Kiefer Sutherland: J'espérais être plus intelligent que ça! Mais non, j'étais fatigué de courir partout mais dans Touch, je cours aussi pas mal [Rires] Non, j’étais vraiment intéressé par l'idée de Tim Kring sur la connectivité humaine. Nous passons tellement de temps à nous concentrer sur ce qui nous divise, que j’ai trouvé rafraîchissant de lire quelque chose qui parle de ce que nous avons en commun. Par exemple, je ne connais pas de culture qui ne valorise pas les enfants, qui ne respecte pas les aînés, qui ne veut pas de protéger la famille. Cela transcende les frontières linguistiques, sociales et spirituelles. Normalement, si quelqu'un me flatte trop, je lui fiche mon doigt dans l'œil - mais j'ai trouvé l'idée de Tim émouvante.

 


Quelle est la plus étrange façon que les fans de 24 ont essayé pour se connecter avec vous?
K : je me rappelle avoir parlé à un couple qui venait juste de se marier, ils allaient à Paris pour leur lune de miel. La dame m'a dit: «vous avez ruiné notre lune de miel. Nous avons regardé les douze premières heures de 24 à l’aller, puis dans notre chambre nuptiale, nous avons regardé les 12 suivantes »Je lui ai dit que c'était de leur faute, pas de la mienne et nous avons bien rigolé. Je fais ce boulot depuis longtemps, j’ai fait des films que personne n'a vus, quand ce genre de chose arrive, je pense "on le fait pour ça » La réalité de notre industrie, c'est que nous ne guérissons pas le cancer, on ne construit pas des routes, nous ne sommes ni des infirmières ni des médecins ni des politiciens. Nous faisons des films. Donc, c’est agréable d'entendre que ça compte à un certain point pour quelques uns.

  Lorsque vous avez commencé à travailler avec Danny Glover avez-vous été tenté de lui citer des répliques de l’Arme Fatale ?
Je n'oserais pas. Danny Glover sera toujours «Monsieur» pour moi. J'ai un énorme respect pour lui et c’est un honneur de travailler avec lui.


Vous dirigez votre  propre maison de disques Ironworks. Quels sont les nouveaux groupes que vous écoutez en ce moment?
Nous avons eu cinq artistes: HoneyHoney, Billy Boy On Poison, Rocca & DeLuca et quelques autres. Je ne suis plus aussi impliqué dans le label maintenant, mais on m’envoie toujours beaucoup de musique de groupes je les écoute. De temps en temps ces CD restent longtemps dans ma voiture. Il y a un groupe appelé les Black Keys, qui ne sont plus vraiment nouveau, mais que j’aime depuis dix, onze ans, quand ils ont commencé. En dehors de cela, je n'écoute pas la radio, en Amérique c’est presque mort, et comme je n’aime pas la technique, je ne vais pas sur internet. Mon Dieu, je commence à ressembler à ces parents qui aimaient Glenn Miller et ne connaissaient pas Elvis Presley .


Vous avez présenté Queen lors d'un concert. Avez-vous joué avec eux?
Non, même si Brian May est l'un de mes guitaristes préféres, j'ai acheté une de ses guitares. J’ai cherché à jouer avec lui. Mais non, j'aime la musique mais je ne suis qu’un fan. Je joue de la guitare tard dans la nuit quand tout le monde est couché.

Vous avez travaillé dans le rodéo. Est-ce que c’est le travail le plus dur que vous ayez fait?
Je faisais du lasso - mais non, ce n'est pas le plus difficile. Le plus dur a été de jouer un personnage vraiment diabolique dans un film intitulé Eye For An Eye,. Il y a une scène où la fille de Sally Fields est attaquée et violée. L'actrice, Olivia Burnette, avait environ 18 ans. J'avais parlé avec elle longtemps, nous avions étudié chaque mouvement et répété: «Je vais te prendre, te pousser sur la sculpture de glace, sur la table, puis à terre, je vais t’attraper par là... » Nous avons tourné la scène et Olivia a été incroyable. Mais quand le réalisateur a crié « couper » elle a éclaté en sanglots. Elle était terrifiée, je lui ai vraiment fait peur. Je l'ai emmenée hors de la scène et nous avons passé énormément de  temps sur le trottoir à parler. C'est le pire que j'ai jamais fait pour gagner ma vie. Le rodéo c’était amusant parce que je ne le faisais pas pour l'argent: je le faisais pour la compétition, parce que je voulais être bon, c’était génial.


http://i679.photobucket.com/albums/vv159/aspasie79/KieferJack%202/DonaldSutherlandKieferSutherland58thAnnualKrfHzNlK79Vl-1.jpgQuel est le meilleur conseil que vous ayez jamais reçu?
Il m'a été donné par mon père, c’est bizarre parce que c'est la seule fois où il m’a parlé du métier d’acteur. J'étais très jeune et je lui ai demandé: quelle leçon peux tu me donner ? Je m'attendais à ce qu'il me parle de la façon de faire face au succès. Mais il a dit "Ne te fais jamais attraper à mentir. A un moment tu vas avoir à pleurer. Si tu ne le sens pas, ne fais pas semblant,. Essaies une autre façon de jouer la douleur ou l'angoisse ou la peur, parce que si tu mens, ça se verra." Il voulait dire le public le verra. Bien sûr, comme tout enfant je n'ai pas écouté. J’ai joué une scène comme ça, j’ai fait semblant et tout le monde l’a vu. J'ai dû me tromper avant de comprendre

Repost 0

24 Heures Chrono Hommage

  • : Le blog de 24heureschronohommage.over-blog.com
  • : Ce blog est dédié à la série culte 24 heures chrono, vous y trouverez des articles sur chaque saison, des analyses historiques et politiques, mais aussi des photos, vidéos de fans, interviews, reportages. Et tout sur la nouvelle saison 24 Live Another Day. Le tout traduit ou sous titré en français.
  • Contact

24 Live Another Day bande annonce

 

 


 

24 Live Another Day le retour de 24

                                                                        Tout sur la nouvelle saison 24 Live Another Day

 

                                                                                               24-Live-Another-Day-120x120.png

24h chrono: politique et philo

24 heures chrono: un document historique sur réalité politique américaine

24 heures chrono: de James Bond à Jack Bauer

24 heures chrono et Jack Bauer: reflet du 11 septembre 2001

24 heures chrono et la géopolitique américaine

24h chrono la philosophie avec Jack Bauer

Jack Bauer a tué Ben Laden

24 heures chrono: une série de droite ?

24 heures chrono et la torture

Pourquoi Jack Bauer retourne au bon moment

 

 

                                                                                                                                                    24Cover3.jpg

 

 

Facebook Twitter

The Confession Kiefer Sutherland Streaming