Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
14 novembre 2011 1 14 /11 /novembre /2011 18:31

Pour aider ceux qui participent au quizz de TV cable sat...hélas je ne les ai pas toutes

 

- la 1° question est piège: dans quelle saison la phrase "les événements se déroulent en temps réel" n'apparait-elle plus ? ben en fait elle apparait encore dans le 1° épisode saison 2 et après plus du tout, donc je dirais saison 3

 

- qu'est ce qu'on a jamais vu ? gros piège: une scène d'amour ? ça dépends de ce qu'on appelle "scéne d'amour" du sexe ? non évidement pas en prime time à la Tv américaine mais sur le bonus DVD saison 4 oui ...pour ceux qui n'aurait pas vu c'est chaud ! link

fumer une cigarette ? dans la saison 8 Jack s'en grille une !! moi je dirais un président en activité mourir

 

vlcsnap-183860

 

- le personnage qui apparait le plus (après Jack Bauer) c'est l'agent Pierce (1,2,3,4,5,6,7) Tony Almeida lui n'est pas là dans les saisons 6 et 8

 

- pour la menace nucléaire: saison 2,6,8 (et peut-être la 4 là aussi ça depend de "menace")

 

- la petite fille de Jack s'appelle Teri

 

- Palmer se fait assassiner dans la 5

 

- le père d'Audrey est James Heller

 

- la sexy Kim se fait attaquer par un puma

 

- Patrick Bethune double Kiefer

 

 

- la saison 1 a été retardée à cause du 11/09

 

- Jack Bauer a servi sous 6 présidents !!

 

- Nina se fait tuée par Jack dans la S 3

 

- 2 finals pour la saison 1

 

- le téléfilm entre la s 6 et la 7 : Redemption

 

- l'homme politique qui apparait dans la saison 5 est John Mc Cain

 

- celui qui a critiqué la torture c'est Clinton(pas sûr quand même mais probable)

 

- la saison 5 a été la plus populaire

 

- la saison 8 se passe à New York

 

J'espère que vous gagnerez le coffret !!

 

 

Repost 0
7 novembre 2011 1 07 /11 /novembre /2011 20:00

Palmer "ils disaient que c'était impossible mais on l'a fait" ...ça s'applique à la série aussi !!



Repost 0
6 novembre 2011 7 06 /11 /novembre /2011 09:10

24 heures chrono fête ses 10 ans !!! et 24 c'est plus qu'une série TV: elle est devenue au cours de ses 9 ans de diffusion de 2001 à 2010, une série culte, de celles qui restent dans la mémoire bien après la fin de leur dernier épisode.


24 a d’abord et avant tout été la série la plus révolutionnaire de la décennie, par son format en temps réel, mais aussi par son esthétique visuelle unique (écran partagé, cadrages décalés, camera à l’épaule…), elle a d’ailleurs été imitée dans pas mal de longs métrages (comme les Jason Bourne).


24 c’est aussi des personnages inhabituels, éloignés des stéréotypes TV par leur physique ou leur caractère, pas de top model sexy mais une geek associale Chloé O’Brian qui va devenir au fil des saisons le personnage féminin principal.


Quant aux méchants, ils sont de toutes origines : serbes, arabes, turcs, tchétchènes, mais aussi très souvent américains (armée privée à la Blackwater, et même un président sosie de Nixon) et sont loin d’être caricaturaux.


Mais 24 c’est surtout un héros qui va devenir une icône de la culture populaire : Jack Bauer est un personnage fascinant et d’une complexité rare à la TV, à la fois un super héros, mais également un anti héros sombre et désespéré, qui torture autant qu’il est torturé par les décisions qu’il doit prendre pour sauver les autres sans jamais parvenir à sauver ceux qu’il aime et à se sauver lui même.

vlcsnap-47502-copie-1

24 c’est bien sûr aussi de l’action, des rebondissements qui rendent la série addictive, une interprétation de haut niveau…mais c’est davantage: pendant 9 ans 24 va coller totalement à son époque.

 

Quelle série a en effet déjà déchaîné autant de polémiques politiques? En 2006 par exemple, de hauts gradés de l'armée américaine se sont rendus sur le plateau de 24 pour se plaindre que leurs soldats rêvaient d'imiter Jack Bauer!

 

Pendant 8 saisons, 24 a reflété la politique américaine. Elle a été la première fiction à aborder directement la lutte contre le terrorisme, et cette lutte, les américains qui la voyaient dans leurs infos, la voyaient en même temps et toutes les semaines dans leur feuilleton TV.


http://i679.photobucket.com/albums/vv159/aspasie79/24NYPoster.jpg

Une Amérique désorientée et traumatisée trouvait dans les aventures de Jack Bauer, le reflet de ses peurs mais aussi le réconfort de voir un héros régler rapidement et efficacement des problèmes que son gouvernement lui, tardait à résoudre.


24 va brouiller la frontière entre réalité et fiction et devenir le miroir de tous les débats qui secouent les Etats-Unis depuis le 11/09: la torture, la sécurité face aux libertés...la série va sortir des pages des magasines TV pour être étudiée dans les facultés de droit, analysée par des philosophes, des sociologues, ou encore citée par des hommes politiques de tout bord (Clinton, Mc Cain...).


Elle va être utilisée pour avancer des opinions de droite et de gauche : pour certains, elle est un objet de propagande de la politique Bush, tandis que d'autres pensent qu'elle a préparé la venue du premier Président noir. Sans doute parce la série a été créée conjointement par un républicain convaincu (Joël Surnow) et un démocrate (Robert Cochran), sans oublier  Kiefer Sutherland, très à gauche sur le plan politique.  


http://i679.photobucket.com/albums/vv159/aspasie79/DavidPalmer.jpg

De plus, 24 suit l'évolution de l'opinion américaine : sa mauvaise conscience après Abu Ghraib et Guantanamo se reflète dans les deux dernières saisons. En effet, au début de la saison 7, Jack Bauer doit répondre de ses actes de torture passés devant des sénateurs, et la saison 8 nous montre que la torture ne marche plus.

 

La série TV est donc finie (une adaptation au cinéma est prévue pour 2012) mais son héritage culturel ne va pas disparaître. Dans 10 ans, on pourra étudier à travers 24 heures chrono l'état d'esprit de l'Amérique après le 11/09 et le monde troublé et complexe de ce début de XXIème siècle.

 

La TV américaine a offert ces dernières années des séries audacieuses, intelligentes et de grande qualité (les Soprano, The Shield, Lost…) mais 24 demeure la plus visionnaire, la plus inventive et la plus complexe de la décennie. 

 

Pour des études plus détaillées sur la série voir la rubrique "24 anatomie d'une série culte"

 

24 is 10 years old !! and 24 is more than just a TV show : it has become during his nine-year broadcast from 2001 to 2010, a cult series, that will remain in the memory long after their last episode.

24 first and foremost was the most revolutionary series of the decade, because its real time format, but also its unique visual aesthetic (split-screen,
unusual framing, shot handheld camera ...), imitated in a lot of features films (such as Jason Bourne franchise).

24 is also unusual characters, far from the stereotypes of TV characters, not sexy supermodels but an associal geek Chloe O'Brian that will become the series female lead.

As for the villains, they are from all countries: Serbs, Arabs, Turks, Chechens, but also very often American (private army like Blackwater, and even an evil President Nixon look-alike) and they are far from being caricatured.

 

But above all  it’s the Jack Bauer’s character that makes 24 a cult TV show, because 24 has created a new hero, a new popular icon. Jack Bauer is a fascinating character because he is both a superhero  but also an antihero, dark and desperate, as much marked by the violence he inflicts as by the violence he suffers, saving others without being able to save himself.

 

http://i679.photobucket.com/albums/vv159/aspasie79/vlcsnap-161003.png

 

24 is of course also an action show, with twists and turns that make it totally addictive, a high-level interpretation ... but it’s much more


 What series has unleashed so many controversial issues? In 2006 for example, senior officers of West Point went on the 24 set , to complain that their soldiers dreamed of imitating Jack Bauer !

It was the first fiction to show directly the War Againt Terror and the Americans watched this fight in their TV news at the same time they watched it weekly on 24.

For a disoriented and traumatized American people, 24 was the reflection of his fears but also a comfort of seeing a hero quickly and efficiently solve problems that their government itself, was slow to resolve.

 

http://i679.photobucket.com/albums/vv159/aspasie79/clock.jpg

24 has blurred the line between reality and fiction, thereby increasing the status of Jack Bauer from a hero of a TV series to the most popular action hero.

Langue source : estonien

Saisissez du texte, l'adresse d'un site Web ou importez un document à traduire.

Annuler

Traduction (français > anglais)

The series has also become the mirror of all the debates that have shaken the United States since 11/09: torture, the security against individual liberties ... 24 has left the TV magazines pages, to be studied in law schools, analyzed by philosophers, sociologists, or cited by politicians of all range (Clinton, McCain ...).

24 was used to advance the views of Right and Left: for some it’s a president Bush propaganda object, while others think it has prepared the arrival of the first black president. Probably because the series was created jointly by a staunch republican (Joel Surnow) and a Democrat (Robert Cochran), not to mention the participation of Kiefer Sutherland, a lefty !

24 follows the evolution of American public opinion: his bad conscience after Abu Ghraib and Guantanamo is reflected in the last two seasons. Indeed, early in the season 7, Jack Bauer has to answer for his past acts of torture before the Senate ... and season 8 shows that torture does not work anymore.

The TV series is now over (a feature film will be produce in 2012), but its cultural heritage is not going away. In 10 years from then, 24 can be studied to understand the America state of mind after 11/09 and the complex and troubled world of the early twenty-first century.

 

American TV has offered in recent years  audacious, intelligent and high quality series   (The Sopranos, The Shield, Lost ...) but 24 is the most visionary, the most inventive and the most complex of the decade.

Repost 0
31 octobre 2011 1 31 /10 /octobre /2011 17:07

Hé oui le 6 novembre cela fera 10 ans que notre série préférée a vu le jour, Amazon France propose donc un beau coffret de 49 DVD, en forme de bombe, qui comprend les 8 saisons plus Redemption  ainsi que tous les bonus...mais rien de plus !

 

Sortie prévue le 2 novembre:  page Amazon :link

 

http://i679.photobucket.com/albums/vv159/aspasie79/41eCBQkN7yL_SL500_AA300_.jpg

 

 

 

 

 

Repost 0
8 octobre 2011 6 08 /10 /octobre /2011 19:59

Kieko du Japon et Galin de Russie m'ont envoyé ces photos qui temoignent de la popularité de 24 à travers le monde

 

http://i679.photobucket.com/albums/vv159/aspasie79/300501_165941763493765_100002338280849_337576_778556210_n.jpg

 

 

http://i679.photobucket.com/albums/vv159/aspasie79/292082_271471926220337_100000725966727_892179_1691069276_n.jpg

Repost 0
24 septembre 2011 6 24 /09 /septembre /2011 13:07

(English translation below)

 

24 c'est plus qu'une série TV: elle est devenue au cours de ses 9 ans de diffusion un phénomène culturel.

 

Quelle série a en effet déjà été accusée d'inciter aux crimes de guerre? Quelle série a déjà déchaîné autant de polémiques politiques? En 2006 par exemple, de hauts gradés de l'armée américaine se sont rendus sur le plateau de 24, pour se plaindre que leurs soldats rêvaient d'imiter Jack Bauer!

 

En effet, pendant 8 saisons, 24 a reflété la politique américaine : la saison 1 écrite avant le 11/09 a été diffusée seulement 2 mois après, et la saison 2 a coïncidé avec l'attaque américaine sur l'Irak.

 

Elle a été la première fiction à aborder directement la lutte contre le terrorisme, et cette lutte, les américains qui la voyaient dans leurs infos, la voyaient en même temps et toutes les semaines dans leur feuilleton TV.

Une Amérique désorientée et traumatisée trouvait dans 24 le reflet de ses peurs mais aussi le réconfort de voir un héros régler rapidement et efficacement des problèmes que leur gouvernement lui, tardait à résoudre.

 

 24 a donc brouillé la frontière entre réalité et fiction, faisant ainsi passer Jack Bauer du statut de héros de série TV à celui d'icône de la culture populaire.

 

02802x.jpg

 

 

La série est par ailleurs devenue le miroir de tous les débats qui secouent les Etats-Unis depuis le 11/09: la torture, la sécurité face aux libertés...24 va sortir des pages des magasines TV pour être étudiée dans les facultés de droit, analysée par des philosophes, des sociologues, ou encore citée par des hommes politiques de tout bord (Clinton, Mc Cain...).


(à ce sujet voir la réaction des américains à la mort de Ben Laden le 1°Mai 2011 à laquelle ils ont associé Jack Bauer Jack Bauer a tué Ben Laden: encore une fois 24h chrono colle à son époque )

 

On a même vu un juge de la Cour Suprême - soit la plus haute instance juridique des Etats-Unis - défendre Jack Bauer : "Jack Bauer a sauvé Los Angeles, et vous voudriez l'accuser ? " !


24 va être utilisée pour avancer des opinions de droite et de gauche : pour certains, elle est un objet de propagande de la politique Bush, tandis que d'autres pensent qu'elle a préparé la venue du premier Président noir.


Sans doute parce la série a été créée conjointement par un républicain convaincu (Joël Surnow) et un démocrate (Robert Cochran), sans oublier la participation de Kiefer Sutherland, très à gauche sur le plan politique.  

 

De plus, 24 suit l'évolution de l'opinion américaine : sa mauvaise conscience après Abu Ghraib et Guantanamo se reflète dans les deux dernières saisons. En effet, au début de la saison 7, Jack Bauer doit répondre de ses actes de torture passés devant des sénateurs... et la saison 8 nous montre que la torture ne marche plus.

 

La série TV est donc finie mais son héritage culturel ne va pas disparaître. Dans 10 ans, on pourra étudier à travers 24, l'état d'esprit de l'Amérique après le 11/09 et le monde troublé et complexe de ce début de XXIème siècle.

 

Je terminerais sur la citation d'un blogueur américain: "24 a englobé une période de l'histoire de ce pays qui, pour le meilleur et pour le pire, nous a changé à jamais".

 

Pas mal pour une série TV, non?

 

English translation:

24 is much more than a TV show: it has become during his nine-year broadcast a cultural phenomenon.

Indeed what series has been accused of encouraging war crimes? What series has already unleashed so many controversial issues? In 2006 for example, senior officers of West Point went on the 24 set , complaining that their soldiers dreamed of imitating Jack Bauer !

For eight seasons, 24 reflected the American policy: season one was written before 11/09 but was aired just two months after, season 2 coincided with the U.S. attack on Iraq.

It was the first fiction to show directly the War on Terror,  and the Americans watched this fight in their TV news at the same time they watched it weekly on 24.

For a disoriented and traumatized American people, 24 was the reflection of his fears but also a comfort of seeing a hero quickly and efficiently solve problems that their government itself, was slow to resolve.

24 has blurred the line between reality and fiction, thereby increasing the status of Jack Bauer from a hero of a TV series to popular culture icon.

Langue source : estonien

Saisissez du texte, l'adresse d'un site Web ou importez un document à traduire.

Annuler

Traduction (français > anglais)

  The series has also become the mirror of all the debates that have shaken the United States since 11/09: torture, the security against individual liberties ... 24 has left the TV magazines pages, to be studied in law schools, analyzed by philosophers, sociologists, or cited by politicians of all stripes (Clinton, McCain ...).

(see the American
reactions  to the Bin Laden death on 1 May 2011 which they are associated with Jack Bauer:  Jack Bauer killed Ben Laden)

We even heard a judge of the Supreme Court to defend Jack Bauer "Jack Bauer saved Los Angeles, and you want to accuse him"!

24 was used to advance the views of Right and Left: for some it’s a president Bush propaganda object, while others think it has prepared the arrival of the first black president.

Probably because the series was created jointly by a staunch republican (Joel Surnow) and a Democrat (Robert Cochran), and  Kiefer Sutherland...a lefty !

24 follows the American public opinion
evolution: her bad conscience after Abu Ghraib and Guantanamo is reflected in the last two seasons. Indeed, early in the season 7, Jack Bauer has to answer for his past acts of torture before the Senate ... and season 8 shows that torture does not work anymore.

The TV show is over, but its cultural heritage is not going away. In 10 years from then, 24 can be studied to understand the America state of mind after 11/09 and the complex and troubled world of the early twenty-first century.

And to end  a quotation from an American blogger (TheJackSack): “this story encapsulates a period in this country's history that, for better or worse, has changed us forever.”

 

 

 

Repost 0
22 septembre 2011 4 22 /09 /septembre /2011 18:58

Le magazine Télé Loisirs a réalisé un sondage  (Louis Harris) pour connaître les séries américaines préférées des français de ces 10 dernières années.

 

24 heures chrono arrive en 4° position derrière House, Desperate Housewives et Les Experts, or ces 3 séries sont diffusées sur TF1, ce qui n’était pas le cas de 24, diffusée elle sur une chaîne payante, Canal Plus. Les 3 premières sont d’ailleurs encore à l’antenne, alors que 24 est terminée depuis plus d'un an (en France)


Il s’agit donc, vu ces circonstances, d’un très beau score, qui va faire plaisir à tous les fans de Jack Bauer !

 

http://www.leblogtvnews.com/article-sondage-tele-loisirs-les-25-series-americaines-preferees-de-la-decennie-84592882.html (link)

 

According to one of the most popular French TV magazine "Télé Loisirs" who conducted a survey, the  favorite American series in France for the  past 10 years, are House, Desperate Housewives and NCIS.


 24  comes in 4th position, but the first 3 ones aired on TF1, a free channel,  this was not the case 24,  aired on a pay channel, Canal Plus. The first 3 ones are also still aired, while 24 has been over for most a year (in France)  

 
Therefore, in these circumstances, it's a beautiful score, which will please all fans of Jack Bauer!

 

 

http://i679.photobucket.com/albums/vv159/aspasie79/jack_green_gun-1.jpg

 

 

 

 

 

 

Repost 0
7 septembre 2011 3 07 /09 /septembre /2011 18:05

Peu de fictions vont refleter aussi bien que la série 24 heures chrono, l'état d'esprit des américains après les attentats du 11 septembre.


La série traite en effet directement de la lutte contre le terrorisme: l'agent fédéral Jack Bauer devant éviter les pires attentats contre les citoyens américains. La série est sombre, paranoïque, violente, ne connait jamais de happy end mais va devenir, au cours de ses 9 ans de diffusion un phénomène culturel. Et son heros Jack Bauer est des personnages les plus icôniques de la TV.Or une grande partie de son immense popularité est  due au fait qu’il arrive au bon moment.

http://i679.photobucket.com/albums/vv159/aspasie79/Jack-Bauer-24-36841_1024_768.jpg

 

La 1° saison est diffusée 2 mois après le 11 septembre, dans un pays traumatisé car attaqué en

son cœur pour la 1° fois. Ceux chargés de le protéger, CIA, FBI, ont failli. Quant aux ennemis, ils sont insaisissables :soit morts dans l’attentat, soit introuvables dans les montagnes afghanes. D’où un sentiment d’impuissance, de vulnérabilité, d’injustice.

 

Jack Bauer va compenser tout cela, il va venger l’Amérique, car il fait son boulot, il est efficace. Il  règle rapidement les problèmes que le gouvernement américain lui, peine à résoudre. Avec lui, les méchants, quels qu’ils soient d’ailleurs, étrangers ou américains, sont punis et justice est rendue.

 

Jack Bauer va donc devenir le symbole de la lutte contre le terrorisme. Alors que l’Amérique doute de sa puissance, Jack lui est toujours persuadé que ce qu’il fait est juste.


Comme le précise Kiefer Sutherland, qui interprète Jack bauer avec une rare intensité: «dans un monde où les gens remettent beaucoup de choses en cause, leur idées politiques, leur façon de vivre, voilà quelqu’un qui sait qu’il peut faire des erreurs, mais qui est si persuadé que ses choix sont bons, qu’il s’y tient et agit».

 

Le public  trouve donc en Jack le réconfort de voir un héros qui protège et sauve l’Amérique. Et il ne va pas être trop regardant sur ses méthodes. En effet pour Jack Bauer seul le résultat compte, "la fin justifie les moyens": il n'hésite donc pas à menacer, mentir... et torturer. Ceux qui pourraient  avoir des scrupules les ont oublié devant l'horreur des attentats.

 

Quelques années auparavant, un héros qui torture, qui achève ses prisonniers, aurait été impensable sur une chaîne populaire (Fox TV c’est TF1 !) aussi impensable que le World Trade Center, orgueil de la puissance américaine, s’effondrant en quelques minutes !


http://i679.photobucket.com/albums/vv159/aspasie79/miscell_88-1.jpg

 

Les américains vont investir en Jack Bauer leurs peurs, leurs espoirs et leur mépris pour un gouvernement inefficace (qui aimerait bien d’ailleurs récupérer le personnage...). Car Jack se bat autant contre les terroristes que contre une administration incompétente ou corrompue.

 

Il est, le plus souvent, seul contre tous et rejoint dans l’imaginaire américain le cow boy solitaire des westerns classiques (Ford, Daves…). Kiefer Sutherland le compare souvent à Shane (« l’homme des vallées perdues » de G.Stevens, un western très populaire aux Etats-Unis) un cavalier solitaire et las, habile au revolver, qui retrouve une famille, la défend, mais part à la fin.


On peut aussi rapprocher Jack Bauer des flics bourrus comme l’inspecteur Harry, interprété par Clint Eastwood, qui lutte contre la pègre de San Francisco avec des méthodes aussi expéditives que celles de Jack.

 

Jack Bauer est dans cette lignée, le nouvel héros de l’Amérique. Or chaque période a le héros qui lui ressemble. Jack est celui d’un monde où les limites sont devenus floues entre le Bien et le Mal, où l’ennemi est partout, et peut être n’importe qui (même le président !). Donc on lui pardonne sa violence, ses pires actes.

 

D’autant plus qu’il n’hésite jamais à se sacrifier lui même, qu’il paie toujours le prix de ses choix ( c’est à cause de son boulot que sa femme a été tuée, que sa fille s’est éloignée, qu'il ne peut jamais avoir de vie amoureuse heureuse…).Tout cela le rend terriblement humain, et malgré son côté indestructible, le public peut s’identifier à lui plus facilement qu’à James Bond. Car Jack bauer semble évoluer dans un monde plus réel où les innoçents se font tués régulièrement. Et s'il sauve l’Amérique, la fin de chaque saison (et de série) le montre toujours seul et désespéré. 


 

Jack Bauer est le héros sombre d’une époque troublée.

 

Le héros de notre temps.

 

 

voir également : Jack Bauer a tué Ben Laden: encore une fois 24h chrono colle à son époque

 

 

 

 

Repost 0
5 septembre 2011 1 05 /09 /septembre /2011 12:17

(English translation below)

 

Ce qui fait de Jack Bauer un personnage fascinant c’est qu’il est à la fois un super héros faillible (voir Jack Bauer un super héros faillible (1° partie) ) mais également un anti héros.

 

Dès la 1° saison on apprend qu’il a été envoyé par le gouvernement américain en mission secrète exécuter un criminel de guerre serbe : une mission de tueur quoi ! Mais durant cette 1° saison, Jack respecte la loi, même s’il se heurte à ses chefs, ce qui sera une constante pendant 8 saisons. Il menace de torturer mais ne le fait pas.

 

Tout change après la mort de sa femme : désormais c’est la fin justifie les moyens : pour être efficace dans son combat contre le terrorisme, Jack Bauer choisit de se salir les mains. A la fin de la saison 7 il s’explique clairement : «je vois 15 otages dans un bus et je suis prêt à employer tous les moyens pour les sauver, je veux dire vraiment tous les moyens».....Effectivement !

 

Dès le 1° épisode de la saison 2, Jack, pour s’infiltrer dans un gang,  abat froidement un témoin et demande une hache pour lui couper la tête, puis il met en scène l’exécution d’un gamin pour faire parler son terroriste de père.

 

En saison 3, il menace d’exposer la fille d’un terroriste à un virus mortel mais surtout, dans une des scènes les plus impressionnantes de la série, il tue, sur ordre et de sang froid son chef, certes peu sympathique mais totalement innocent (voir   vidéos extraites des saisons 3 et 4 ) Dans la saison 4 il torture méthodiquement le mari de sa copine ( voir  vidéos extraites des saisons 3 et 4 ) et le complice d’un terroriste. Dans la 6, il abat son partenaire pour sauver sa mission…Tout ça bien sûr pour sauver la situation.

 

Mais Jack agit aussi par vengeance personnelle. Il achève ses ennemis blessés : Nina (S3), le sniper qui a tué Palmer (S5 voir  vidéos extraites des saisons 5 et 8 ) ou les exécute carrément : Henderson (S5), Dana Walsh et toute une bande de diplomates russes (S8). Il est juge, juré et… bourreau. Dans ces moment là Jack Bauer a le regard implacable du tueur, il le reconnaît lui même « je suis plutôt doué pour ça » (S6E24)

 

Alors Jack est-il si différent de ceux qu’il combat ? Evidement il empêche des attentats, rétablit la justice, comme le dit Kiefer Sutherland «ses intentions sont bonnes» Est ce que cela excuse ses pires actes ? en tout cas cela fait réfléchir le spectateur à des questions éthiques…tout en se distrayant !

 

Car le personnage évite la caricature du «blanc chevalier» Jack Bauer est toujours à la limite du Bien et du Mal, c’est un héros ambiguë et quasi suicidaire, ce qui le rend encore plus troublant.

http://i679.photobucket.com/albums/vv159/aspasie79/vlcsnap-91879-11.jpgDans l’ultime saison, la scène où il abat Dana, purement par vengeance, est révélatrice : sur son visage se lit tour à tour la froide détermination du tueur et le désespoir d’accomplir de tels actes ( voir la scène Jack Bauer un anti héros: vidéos extraites des saisons 5 et 8 .)

 

 

En effet, Jack Bauer ne sort jamais indemne de ses actes, au contraire il est détruit par les choix qu’il doit faire, et c’est pour cela qu’il reste un héros. Alors qu’il a réussi sa mission et sauver des milliers de vies, il éclate en sanglot à la fin de la saison 3 car le prix à payer est énorme.

 

Car Jack sacrifie tout à son devoir : son corps, il est torturé (S2,6,8), junkie (S3) contaminé par un virus (S7), ses amis, sa famille, mais aussi son âme.

 

Jack Bauer est autant marqué par la violence qu’il inflige que celle qu’il subit.

 

Et il ne se pardonne rien:«il y a longtemps que j’y ai renoncé» dit-il (S7) . Et au sénateur Mayer, qui l'a accusé d'être un criminel de guerre, Jack avoue "Bien sûr que j'ai des regrets, Sénateur.(...) Mais vous savez ce que je regrette le plus ? C'est que le monde ait besoin de quelqu'un comme moi" (voir . les regrets de Jack)  A la fin de cette saison d’ailleurs, il dit que s’il veut autant sauver les autres c’est parce que : «je pensais que si je les sauvais je me sauverais moi même».


 

 

Kiefer Sutherland précise d'ailleurs que Jack pense être maudit, voir:  interview 2005

 

C’est ce qui malgré ses pires actes le rend attachant : Jack Bauer torture autant qu’il est torturé, torturé par les décisions qu’il doit prendre pour sauver les autres sans parvenir à se sauver lui même.

 

English translation:


What makes Jack Bauer a fascinating character is that he is both a vulnerable superhero (see 24h chrono anatomie d'une série culte n°6 : Jack Bauer un super héros faillible (1° partie)  but also an antihero.

 

From the 1st season we learn that he was sent by the U.S. government in a secret mission to kill a Serbian war criminal: a hit man mission !!  But during  season 1, Jack respects the law, even if he disobeys orders. He threatens to torture but doesn't do it.

 

Everything changes after his wife’s death, now it's “the end justifies the means”: to be effective in his fight against terrorism, Jack Bauer chooses to get his hands dirty. At the end of season 7 he explains clearly: "I see 15 people held hostage on a bus, and everything else goes out the window. And I will do whatever it takes to save them, and I mean whatever it takes" 

 

From the 1st episode of season two, Jack, to infiltrate a gang, shot a witness in cold blood and asked for an ax to cut his head off, and ten, he faked the execution of a child to make his terrorist father speak .

 

In season three, he threatens to expose the innocent teenager daughter of a terrorist to a deadly virus, and, in one of the most impressive scenes in the series, he kills his boss in cold blood, not a very friendly but a totally innocent man.

 

 In season four, he methodically tortures the husband of his girlfriend. In S6, he shot his partner to save his mission ... 


But Jack also acts by personal revenge. He killed his injured enemies: Nina (S3), the sniper who killed Palmer  or executes them bluntly : Henderson (S5), Dana Walsh and a bunch of Russian diplomats (S8) . He is judge, jury and executioner .... In that moments  Jack Bauer has the look of a ruthless killer, he admits himself, "I'm pretty good at that" (S6E24)

 

http://i679.photobucket.com/albums/vv159/aspasie79/vlcsnap-138981.jpg

 

So is Jack so different from the terrorists he fights ? Of course it prevents attacks, restore justice, and as Kiefer Sutherland says "his intentions are good" Does this make an excuse for his worst acts? In any case, it makes the viewer to reflect on ethical issues ...while entertaining!

 

The character avoids caricature of "white knight" Jack Bauer is always on the edge of good and evil, he is a  ambiguous and almost suicidal hero, which makes it even more troubling...and compelling.

 

In the final season, he kills Dana, purely out of revenge, in his face we can see both the cold determination of the killer and the despair to perform such acts.


Indeed, Jack Bauer never enjoys  his actions, on the contrary he's destroyed by the choices he has to make for the greatest good, and that is why he remains a hero. While he succeeded in his mission and save thousands of lives, he bursts into tears at the end of Season 3 because of the price to pay is too heavy.

 

 Jack sacrifices everything to his duty: not only his body, he is tortured (S2, 6.8), junkie (S3) got a virus (S7), his friends, his family, but also his soul. Jack Bauer is as much affected by the violence he inflicts than by the violence he suffers.

 

And he doesn't forgive himself: to Senator Mayer, who  accused Jack to be a war criminal, he admits, "Of course I have regrets, Senator .(...) But you know what I regret most?  that the world still needs someone like me "

 

At the end of this season , he says he wants to save others because,"I guess maybe I thought...if I save them...I'd save myself"

     

 
 As for Kiefer Sutherland, he believes Jack is cursed, see:   interview 2005 

Actually, Jack Bauer tortures people as he is tortured himself, tortured by the decisions he must take to save others without being able to save himself.

 

 

 

 

 

Repost 0
4 août 2011 4 04 /08 /août /2011 15:38

Alors que les séries cultes des années 90, comme X files, concentre leur intrigue uniquement sur le territoire américain, 24 heures chrono a, de 2001 à 2010, dessiné une géopolitique mondiale,  reflet de l’état d’esprit d’une société américaine traumatisée par le 11/09.

 

Même dans la 1° saison, qui ne traite pas de terrorisme, le sénateur Palmer n’est pas menacé par des racistes locaux, mais par des serbes plutôt furieux de l’ingérence américaine dans leurs affaires. On est donc, dès le début de la série dans une optique internationale.

 

Pourtant la série se déroule intégralement aux Etats-Unis, sauf une rapide incursion au Mexique en saison 3 et exception faite du téléfilm Rédemption situé en partie en Afrique.

 

Et en plus, temps réel oblige, l’action de 24 heures chrono se concentre en un lieu unique : Los Angeles pour les saisons 1 à 6, puis Washington en saison 7 et à New York pour l’ultime saison.

 

 

Dans chaque saison, ces villes sont prises pour cibles par des ennemis extérieurs venant du monde entier : mexicains, turcs, tchéchènes, russes, iraniens, africains…24 heures chrono offre donc la vision paranoïaque d’une Amérique attaquée de toute part.

 

Mais ces villes sont représentées de façon assez particulière : on y a soigneusement gommé tout caractère américain reconnaissable.

 

La Los Angeles  des 6 premières saisons est dénuée de toutes vues typiques, on y voit par exemple rarement la mer (sauf dans la dernière superbe image de la saison 6), on évite les lieux célèbres : aucune référence à Hollywood, Venice,  Santa Monica… à la place on parle de Valencia, Inglewood…

 

Le Los Angeles de 24...pas vraiment de vues typiques !

 

 

 

 

 

Si on aperçoit quelques palmiers et des gratte ciel dans le lointain, Jack Bauer évolue dans un monde d’entrepôts, d’autoroutes, de banlieues impersonnelles : on pourrait être n’importe où. LA symbolise la ville américaine, mais aussi n’importe quelle ville occidentale. Les terroristes n’attaquent donc pas seulement les Etats-Unis mais le monde occidental. Ce côté universel, explique sans doute le succès mondial de la série.

 

Changement de décor avec  les saisons 7 et 8 : on y voit certes plus de symboles des Etats-Unis : la Maison Blanche, le Capitole, mais la majeure partie de l’action continue d’avoir pour décor les mêmes entrepôts glauques, rues et bâtiments anonymes. De New York, on ne verra que le bâtiment de verre de l’ONU, et toujours la même vue des gratte-ciel de l’East Side de Manhattan. La poignante « serie finale » se situe sous le pont de Williamsburg, pas vraiment un lieu très connu de la Grosse Pomme.

 

vlcsnap-62849

 

L’Amérique de 24 heures chrono ce sont 3 villes, surtout LA, qui sont des villes abstraites. Les Etats-Unis comme raccourci de l’Occident…un Occident attaqué de partout.

 

On est là dans la célèbre théorie  du « Choc des civilisations » élaborée par Samuel Huntington, professeur à Harvard, à  la fin des années 90 : la fin de l’affrontement Est/Ouest a débouché, selon lui,  sur un conflit entre civilisations, essentiellement « la civilisation occidentale » (Etats-Unis, Europe de l’Ouest, Canada) contre « la menace musulmane ou chinoise ».

 

Or c’est bien ce monde que décrit  24, mais de façon assez schématique.

 

Les Etats Unis représentent en effet à eux seuls le monde occidental. Il n’est jamais question de leurs alliés, sauf quelques allusions aux anglais : en saison 2, on apprend qu’ils sont prêts à entrer en guerre auprès des américains, en saison 3 le MI6 aide Jack Bauer, et en saison 8, la présidente Taylor confie ses problèmes à un diplomate britannique.

 

Les autres  alliés européens sont ignorés (en saison 5 on précise que les services secrets allemands ne collaborent pas avec leurs confrères américains) De même qu’Israël et le Canada. Quant au Mexique, les américains y agissent comme chez eux !! En saison 3 leurs troupes interviennent tranquillement en plein territoire mexicain sans  aucune référence au gouvernent ou aux lois de ce pays. Ce qui reflète bien l’opinion américaine sur leur voisin du sud!!

 

Les ennemis eux, se divisent en 2 catégories : ceux dont on ne prononce jamais le nom (genre Voldemor  ) ou alors les auteurs  en invente un, et ceux qui sont clairement cités : la Russie et la Chine.

 

L’ennemi principal, 11 septembre oblige, vient du Moyen Orient, mais aucun pays réel n’est jamais nommé : dans la 2° partie de la saison 2 Jack Bauer tente d’empêcher une guerre contre le… Moyen Orient ! C’est encore une idée de Huntington : le Moyen Orient est présenté comme un ensemble indifférencié uni par la religion musulmane s’opposant à l’Occident.

 

Mais 24 évite la caricature puisque la série montre des musulmans patriotes aidant Jack Bauer, qui d’ailleurs se confesse à un Imam en fin de saison 7.

 

Pour la saison 8, les auteurs ont inventé un pays : la République Islamiste du Kamistan, un Iran à peine déguisé.

 

Beaucoup plus difficile à identifier le Sangala, pays d’Afrique…francophone, d’où sont originaires les ennemis du début de la saison 7.

 

Live-Another-24-Small

  La Russie de 24 est quant à elle un cas à part. Clairement citée, elle est un pays puissant dont les américains recherchent l’alliance (S5, S6 et début S8) mais aussi un ennemi dangereux disputant aux Etats-Unis leur influence au…Moyen Orient (saison 8).  On joue là sur les vieilles peurs de la Guerre Froide.

 

Le président russe, présenté comme un dirigeant intègre en saison 5 et 6, n’hésite pas en saison 8 à aider les terroristes à attaquer New York.  Montrer le président d’un Etat réel, la Russie, comme un traitre et un assassin semble moins gêner les auteurs  que de dire que des iraniens veulent raser New York !!!

 

Mais l’ennemi le plus implacable c’est la Chine, pas de nuances là.


Si 24 heures chrono présente des « moyen orientaux musulmans » fanatiques et d’autres prêts à risquer leur vie pour sauver  l’Amérique, si les russes sont tantôt hostiles tantôt alliés, les chinois sont unanimement montrer comme d’odieux méchants. Ils refusent d’aider les Etats-Unis (saison 4) Mais surtout, ils enlèvent le héros et le torture pendant des mois, et comble de l’horreur, ils torturent la douce et innocente Audrey qui (saison 6).

 

On verra si la nouvelle saison, 24 Live Another Day, tournée à Londres, se démarque des précédentes.


Finalement 24 heures chrono reflète la géopolitique des peurs américaines : un Moyen Orient présenté comme un ensemble indifférencié car méconnu donc encore plus menaçant, une Russie alliée pas très fiable, une Europe quasi inexistante. Et une Chine devenue désormais le pays le plus dangereux. De quoi alimenter  la paranoïa américaine dont 24 heures chrono est la fascinante représentation.

Repost 0

24 Heures Chrono Hommage

  • : Le blog de 24heureschronohommage.over-blog.com
  • : Ce blog est dédié à la série culte 24 heures chrono, vous y trouverez des articles sur chaque saison, des analyses historiques et politiques, mais aussi des photos, vidéos de fans, interviews, reportages. Et tout sur la nouvelle saison 24 Live Another Day. Le tout traduit ou sous titré en français.
  • Contact

24 Live Another Day bande annonce

 

 


 

24 Live Another Day le retour de 24

                                                                        Tout sur la nouvelle saison 24 Live Another Day

 

                                                                                               24-Live-Another-Day-120x120.png

24h chrono: politique et philo

24 heures chrono: un document historique sur réalité politique américaine

24 heures chrono: de James Bond à Jack Bauer

24 heures chrono et Jack Bauer: reflet du 11 septembre 2001

24 heures chrono et la géopolitique américaine

24h chrono la philosophie avec Jack Bauer

Jack Bauer a tué Ben Laden

24 heures chrono: une série de droite ?

24 heures chrono et la torture

Pourquoi Jack Bauer retourne au bon moment

 

 

                                                                                                                                                    24Cover3.jpg

 

 

Facebook Twitter

The Confession Kiefer Sutherland Streaming